Les cyanobactéries: définition  
Définition Algues ou Bactéries ? Cyanobactéries et origine de la vie
 
Introduction
Plan du site
Morphologie
Taxonomie
Physiologie

Ecologie, facteurs du milieu

Ecologie dans l'environnement
Aspects appliqués
Méthodes d'étude
Glossaire
Autres sites
Remerciements
Copyright
De la forme la plus simple à la plus complexe


Les cyanobactéries appartiennent au domaine des bactéries.

Comme les bactéries, elles n'ont pas de noyau individualisé; leur information génétique est portée par une molécule cyclique d'acide désoxyribonucléique et des plasmides. Elles sont des procaryotes, par opposition aux autres organismes possédant un noyau individualisé, les eucaryotes.

Les cyanobactéries sont des procaryotes photosynthétiques, c'est à dire qu'elles utilisent comme source d'énergie, l'énergie lumineuse. L'oxydation de l'eau en oxygène au cours de la photosynthèse est une propriété qui les sépare totalement des autres procaryotes photosynthétiques, les bactéries pourpres et vertes.

Les cyanobactéries ont pour seul point commun cette photosynthèse de type «plante », ce qui leur a valu pendant longtemps d'être classées dans les algues (algues bleu-vert, cyanophycées). Leur nature procaryotique les a fait reclasser dans les bactéries Gram négatives (Phylum BX dans la récente classification du Bergey's).

Arbre phylogénique universel basés sur la comparaison des séquences de l'ARN ribosomal 16S. Il montre l'existence des trois domaines: bacteria, archaea et eucarya. Les cyanobactéries sont situées dans le domaine "Bacteria" ainsi que les deux autres groupes de bactéries photosynthétiques: les bactéries pourpres et vertes (d'après Woese et al. 1990)

 

Les cyanobactéries constituent un groupe génétiquement et morphologiquement très hétérogène. Cette hétérogénéité est reflétée notamment par la taille de leurs génomes allant de 2400 à 13000 kb et par leur pourcentage en GC (32 à 71 %) couvrant l'éventail des valeurs rencontrées dans le monde bactérien. Elles présentent une grande diversité morphologique. Certaines sont unicellulaires, sphériques ou en bâtonnets et se multiplient par divisions binaires, d'autres sont filamenteuses et se propagent par rupture du filament végétatif ou par germination des akinètes (spores). Certaines peuvent différencier des cellules spécialisées, telles que les hétérocystes, les akinètes et les hormogonies. Certaines présentant des ramifications qui peuvent être de plusieurs types.

.
Cette hétérogénéité leur a permis de coloniser la grande majorité des écosystèmes terrestres ou aquatiques, ainsi que les milieux extrêmes chauds, salés et hypersalés et alcalins. Il existe des formes terrestres, marines et dulçaquicoles, libres et symbiotiques.

 

Leur couleur résulte de la présence de pigments (chlorophylles vertes, carotènes rouges et orange, xanthophylles jaunes, phycocyanine bleue et phycoérythrine rouge) et de mucilage. Elle varie du jaune sale au noir en passant par différentes teintes de bleu-vert ou de brun.

Leur ancien nom d'algues bleues est due à la présence de phycocyanines. Si l'on extrait les pigments solubles dans l'acétone (chlorophylles et caroténoides) d'une culture de cyanobactéries la couleur bleue devient alors parfaitement visible.

Les formes les plus complexes possèdent trois types de cellules: des cellules végétatives, des hétérocystes et des akinètes

 
           
 
Haut de la page    
 
Copyright P. A. Roger 2006